Elise Cesbron
02 55 60 60 49
Disponible aujourd'hui de 9h à 21h
 

Dry january ou Damp january ?


Le début de l’année signe le grand retour du Dry january. Mais il n’est pas le seul à faire parler de lui puisque l’on a maintenant le Damp January. L’objectif : réduire sa consommation d’alcool en janvier sans l’arrêter complètement. Que sait-on de ce nouveau phénomène ? On fait le point ensemble.

Les fêtes de fin d’année ne sont plus qu’un souvenir pourtant notre corps se remet difficilement des excès d’alcool + nourriture à gogo. Alors quand le mois de janvier pointe le bout de son nez, l’heure est à la diet et à la détox. C’est la même chose côté alcool. Avec sa cinquième édition en France, le Dry january permet de mettre son organisme au repos en disant stop pendant un mois à sa consommation d’alcool. Adios la bière le week-end avec les potes et bonjour le sirop grenadine de notre enfance. Une façon également de consommer autrement pendant le mois de janvier et de reprendre un rythme de vie healthy pour la nouvelle année.

Les bienfaits du Dry January sur le corps et l’esprit

Cette technique ayant fait son apparition au Royaume-Uni en 2013 ressemble chaque année de plus en plus de participants. En effet, au fur et à mesure des éditions, de nombreuses personnes se sont exprimées sur les effets bénéfiques de ce mois sur leur santé mentale et physique. Selon une étude de l’université de Sussex mise en ligne sur le site Dry January, 71% des sondés disent dormir mieux. Sans parler des effets bénéfiques sur la peau, sur le foie ainsi que sur la santé mentale. Dans les colonnes du Washington Post, Richard de Visser, psychologue à la Brighton and Sussex médical School s’exprime sur le sujet « Le But du Dry January n’est pas d’inciter les gens à arrêter complètement de boire, mais de leur permettre de contrôler leur consommation d’alcool »

Le Damp january kesako?

Cette année, une nouvelle technique fait beaucoup parler d’elle : le Damp january dit « janvier humide » en français. Une version un peu plus légère pour les personnes pour qui arrêter complètement l’alcool pendant 30 jours peut être vu comme trop restrictif. L’objectif de ce défi est de réduire sans arrêter complètement sa consommation d’alcool durant le mois de janvier. Une option qui permet de faire un pas de côté sans culpabiliser et faire une croix dès les 10 janvier sur ses objectifs. Chaque personne va à son rythme selon sa situation professionnelle et personnelle. Car on le sait bien, dire non à ses collègues lors d’un repas de travail par exemple n’est pas forcément si simple.

Seulement, cette nouvelle approche ne fait pas l’unanimité parmi les addictologues qui dénoncent des effets positifs bien plus léger sur l’organisme ainsi qu’une orchestration du Damp January par les lobbys de l’alcool.

Alors Dry January ou Damp January, la décision est personnelle mais permettra sans nul doute de commencer l’année de manière saine tout en restant jovial car l’absence d’alcool ne met en rien un frein à une bonne soirée.

Des questions ? Besoin d'un accompagnement ?


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

À la une

Les résolutions de janvier ne sont pas les révolutions de l’année

05 Jan 2024

OH oh oh ! Le Père Noël a plié bagage et le mois de janvier a fait son apparition entraînant avec lui les célèbres bonnes résolutions.

C’est la rentrée ! L...

La kinésiologie : une approche globale au service du mieux-être

02 Fév 2024

L’origine de la douleur peut être multiple. Bien souvent, elle cache une cause psychique nichée dans l’inconscient. C’est pour ça qu’il peut être bénéfique d...

Troubles musculosquelettiques : pourquoi faire appel à un kinésiologue ?

19 Jan 2024

Le travail n’est pas toujours une partie de plaisir. Stress, mouvements répétitifs, port de charge, très vite les douleurs peuvent apparaître et rendre le qu...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.